Fais un voeu, c’est le premier pique nique de l’année !

 

 

Quand il fait si beau, bien avant la saison, un pique nique au bord de la mer, avec des copines,  à l’heure de la pause déjeuner, moi, je vous dis que c’est drôlement chouette !

 

Et dans mon panier, il y a du vin blanc limé (très limé car on ne peut pas être pompette un midi de semaine !), une salade aux deux céleris, radis et anchoïade, que j’ai adorée :

râper une petite moitié d’un petit céleri boule épluché, émincer finement 2 branches de céleri (branche ben oui, heureusement y’en a qui suivent !) et un radis, dans le fond du bocal, déposer une cs d’anchoïade, les céleris et le radis et verser un peu d’huile d’olive, fermer, et secouer énergiquement uniquement au moment de déjeuner pour mélanger “l’anchoïadette”.

 

 

 

 

 

Puis il y a aussi un petit flan de céleri boule à la tapenade :

Cuire un céleri boule épluché à la vapeur ou à l’étouffée, le mixer avec quelques oeufs (2 mais c’est pas suffisant), de la fécule de pomme de terre (1cs) et du sel, verser dans des moules, déposer une cc de tapenade au centre et recouvrir de céleri et cuire une vingtaine de minutes à 160°C.

 

Et aussi une douce soupe de fanes de radis au lait de coco :

faire revenir un oignon émincé et une gousse d’ail épluchée dans un peu d’huile d’olive, saler. Ajouter les fanes de radis lavées et 2 petites pommes de terre en gros morceaux, couvrir d’eau et cuire 15 minutes env’ à couvert. Mixer, ajuster l’assaisonnement et verser une jolie quantité de lait de coco.

Délicieuse froide aussi…

 

 

 

Puis des galettes d’amaranthe au pesto d’ail des ours :

Cuire del’amaranthe en suivant les instructions du paquet.

Pour un gros bol d’amaranthe cuite, ajouter 2 oeufs et 1 cs de fécule de pomme de terre, 2 cs de pesto d’ail des ours et du persil frais haché grossièrement, saler.

Cuire de petites galettes à la poêle. Ces galettes sont assez fragiles donc attention de bien les cuire d’un côté avant de les retourner.

L’amaranthe (ou amarante) a un gout de blettes assez prononcé, de ce fait, je pense que c’est difficile de le mélanger à des préparations sucrées…Des questions quant à ses bienfaits ? Par ici !

 

 

Puis une compote pomme, poire et fruits de la passion : 2 poires, 8 pommes et le jus de 2 fruits de la passion rajouté après la cuisson et le mixage.

 

Ah oui, il y avait aussi une mini tranche de fondant au chocolat Marlette sans gluten...ben quoi, on n’est pas au bagne non plus !

 

 

 

La phrase du jour :

“Allez ! A la semaine prochaine les grenouilles !”

 

 

Salade de riz complet, saumon et rouget, edaname

 

Et pour terminer ces petits “racontis” à propos de notre pique nique au bord de la mer, pour le plat salé, j’avais opté pour une salade en lieu et place des habituels sandwiches.

Quand j’étais petite, nous partions marcher en montagne avec mes parents, ma marraine, mon oncle et mes cousins.

Je dois bien vous avouer qu’à l’époque, ça n’était pas une partie de plaisir pour nous (mon frère et moi) car nous marchions toute la journée, et parfois (souvent), quand on en avait marre (très souvent), on s’arrêtait sur le bord du chemin, on s’asseyait et on refusait d’avancer, on leur disait qu’ils nous récupèreraient en revenant.

Les films de la caméra V8 nous montrent assis en train de bouder l’air bûté, bien décidés à rester sur place ! 

Bon, ils ont toujours refusé de nous abandonner ! Une chance vous me direz….

Et lors de la pause déjeuner (souvent au bord d’un lac de montagne, quelquefois entouré de neige), il y avait une énorme salade de riz dans un grand tupper’ (riz, thon, tomates, oeufs durs, mayo).

Cette salade et la pause qui l’accompagnait avait un goût de paradis !

C’était un peu la foire d’empoigne tout de même car nous piochions tous dans la même boîte avec nos fourchettes, et on était un peu affamés ! Mais c’était rigolo.

Ensuite, on pouvait boire à même le tube de lait nestlé…hummm.

Bref, pour en revenir à cette salade au riz complet :

Pour 4 dont 2 poulettes,

 

250g de riz thai complet

1 paquet de fèves de soja décongelées (Picard, mais il n’en fait plus…dommage !), sinon, fèves ou pts pois

2 filets de saumon cuits comme vous voulez : vapeur, court bouillon, …

6 filets de rougets cuits comme vous voulez aussi

2 cébettes finement éminceés

beaucoup d’herbes : mélange à salade ou à poisson : Picard aussi !

du tamari (sauce soja)

un peu d’huile d’olive

2-3 fines courgettes de nice coupées en pts dés

 

 

Voilà, cuire le riz, le laisser refroidir.

Le mélanger avec l’huile, le tamari et les herbes.

Ajouter les légumes, le poisson et rectifier l’assaisonnement.

Servir bien frais.

Et pour accompagner ce panier, des petites bouteilles de sirop pour les filles, kir au vin rosé pour …

Des gressins, du melon déjà tranché en cubes, des abricots frais, les petits gâteaux aux abricots et les pots au yaourt et au miel de citronnier.

 

 

La phrase du jour :

“L’impossible, nous ne l’atteignons pas, mais il nous sert de lanterne.”

René Char

 

 

Mon printemps est orange : Les pots au yaourt et aux abricots, miel de citronnier

 

Comme je vous le racontais l’autre jour, nous avons profité des premières longues et chaudes soirées pour aller pique niquer sur la plage.

Un petit pique nique improvisé avec ce qu’il y avait dans les placards et frigos et dans le jardin.

Comme j’écris d’ailleurs ce matin, ça y est, c’est fini, il n’y a plus un seul abricotier dans l’arbre, faudra attendre l’an prochain : car après avoir goûté ces abricots-là, il est bien difficile de se régaler avec ceux du commerce !

 

Et donc, ce soir-là, juste avant de partir, j’ai préparé ces petits pots express car j’avais de la compote bien lisse et peu sucrée préparée avec le thermomix.

 

Une bonne dose de compote, deux cuillerées à soupe de yaourt au lait entier et une belle cuillerée à café de miel de citronnier (une merveille).

 

Hop, on ferme avec le couvercle et zoup, dans la glacière avec le reste !

 

 

 

La phrase du jour :

“Les souvenirs oubliés ne sont pas perdus.

Sigmund Freud

 

 

 

Mon printemps est orange : gâteaux à la crème et aux abricots (sans gluten)

 

Ces petits gâteaux nous ont accompagnés pour un pique nique non tardif à la plage jeudi soir.

  

Par non tardif, j’entend bain à 17h30, apéritif à 18h45, pique-nique à 19h00 et départ de la plage pour doucher et coucher ces poulettes à 19h45. Voyez, c’est précis tout de même !

Cela dit, vous êtes autorisés à modifier les horaires (eh oui, on est comme ça nous : tolérants, limite laxistes !!) !

 

Et donc, en écrivant la première phrase, je me demandais quel adjectif correspondait à non tardif ? Tôtif ? Précoce ?

Bon, si vous avez une réponse, je suis preneuse !

 

En fait, ces derniers temps, Ysé et Anaé ont pris des leçons de natation et quelquefois, en sortant de la piscine (Base Nature, Fréjus), elles ne se sont pas rhabillées  et nous avons prolongé leur baignade dans la mer.

Je dois bien dire qu’elles étaient super contentes et je me disais que ce serait drôlement chouette de pique niquer comme ça tout simplement, au sortir de l’école, aller se baigner, se sécher et dîner tôt pour profiter encore du soleil et de la chaleur.

Mais car il y a un mais, leur père, l’Homme quoi, a la fâcheuse habitude de finir de travailler assez tard, et allez pique niquer à 21h00 avec deux loupiotes à mettre à l’école le lendemain…

  

 

Alors, vous me direz, mais pourquoi ne pas le faire le w’end ?

Eh bien, par-ce-que !

Parce-que, en semaine, ça a un goût de pas-habituel, ça a un petit goût de vacances avant les vacances, ça a un petit goût de privilège et d’exotique, sans a un tout autre goût : voilà tout !

Et puis, l’Homme est en vacances …alors !

 

  

 

Pour en revenir à ces gâteaux, vous verrez les proportions sont un peu inhabituelles pour les oeufs et cela donne des gâteaux très moelleux, presque humides.

  

1 pot de crème fraîche épaisse

2 pots de sucre blond

1 pot de yaourt de soja (la même quantité que la crème)

2 pots de poudre d’amande

1 pot de  farine de riz

2 oeufs

1/4cc de bica

1 p de sel

des abricots coupés en 4 ou 6 selon leur taille

Voilà, vous mettez tous les ingrédients dans un grand saladier, vous tournez avec une fourchette et quand la pâte est belle, vous la répartissez dans des caissettes posées elles-même dans des moules rigides (en métal) pour ne pas que les caissettes s’étalent. Vous remplissez à la moitié et vous posez quelques morceaux d’abricots.

Et vous enfournez pour une grosse vingtaine de minutes de cuisson à 180°C, four ventilé.

Sur ce, je vous souhaite un bon w’end orangé !

 

  

 

La phrase du jour :

 

“La discorde est le plus grand mal du genre humain, et la tolérance est le seul remède.”

Voltaire

 

Sanary sur mer et l’Art à la bouche

En juin, nous avons passé quelques jours à Bandol (oui ! encore !). Et un jour, nous avons fait un truc de dingues : nous sommes allés à Sanary (2km) !

C’est comme ça : quand vous êtes en vacances à Bandol, vous n’allez pas à Sanary, et vice-versa !

Après avoir pris des forces grâces aux merveilleuses viennoiseries de la Frangipane (Bandol), nous sommes arrivés sur le port de Sanary.

Puis, nous avons baladé dans les petites rues pavées et ombragées,

et fait quelques achats…les filles ont crié famine et nous avons décidé de les nourrir (c’était un jour de bonté et puis ça craint des mômes qui supplient leurs parents pour manger dans la rue !!).

Nos pas nous ont conduit ici :

A l’Art à la bouche ! Une galerie d’art mêlée à un salad bar !

De beaux produits, de bons thés, des desserts gourmands (certains faits maison), sandwiches ou salades, soupes, ….et une terrasse super fraîche à l’arrière de la galerie !!

La propriétaire des lieux est une jeune femme blonde virevoltante, gaie comme un pinson, généreuse et pleine de bons tuyaux !

Franchement, si j’habitais par là, j’aurais bien aimé être sa cop’s!

Elle est là pour le service du midi en semaine, allez-y, ne serait ce que pour elle !

Un petit tour sur le port (Tiens ! J’avais pas remarqué qu’ils étaient en rose tous les trois !! je ne me souviens plus ce que j’avais mais je vous promets que ça n’était pas du rose !!), et hop, en voiture pour…Fréjus !

Ah, ça a du bon l’aventure !

La phrase du jour :

“Quand vous donnez, n’attendez ni affection, ni reconnaissance, ni retour, cela ne dépend pas de vous.”