Articles avec le tag ‘pâques’

dimanche dernier, c’était Pâques….


…et de notre côté, nous sommes allés chez Baga et Ninou (aka mes parents) pour récupérer nos filles (accessoirement) et fêter Pâques.

 

 Les filles y ont passé la première semaine de vacances pendant que je finissais le prochain livre qui sortira cet automne, toujours aux Editions Ulmer.


Baga avait préparé une jolie déco comme d’hab’, sur la table et dans les airs…




Un peu de champagne pour l’apéritif…. et hop !


Avant  ………………………………………….      Après !


C’est magique !



Pour le dessert, Baga avait préparé des charlottes aux fraises…décorées de petits sujets en pâte d ‘amande faits par Ysé et Anaé..



Et après ces agapes, ce petit banc a été une invitation (ou une incitation) à la sieste…


Alors, Joyeuses Pâques à tous (oui, je sais, je suis en retard !) et bon 1er mai !



Aumonières d’agneau aux jeunes pousses d’épinards

Recette et photos réalisées pour le magazine Ôdélices

  

  

Pour continuer ce menu de Pâques, forcément l’agneau s’impose, mais sous forme d’aumonières savoureuses…

Les aumonières sont un peu délicates à réaliser, si vous remplacez un peu de farine de petit épeautre par de la farine de blé, la pâte est plus élastique.

Plus vous mettez de “vert” (ici, des épinards) dans un farce à base de viande et plus la farce est moelleuse sans ajout de matière grasse. C’est à retenir pour toutes les farces et autres terrines ou pâté de viande. Idem pour les tomates farcies, souvent, l’intérieur est sec, ajoutez des blettes et ça vous change une tomate farcie !

Pour 3-4 personnes,


 

2 tranches de gigot d’agneau

200g de feuilles d’épinard

1 fromage de chèvre frais

1 pincée de curry en poudre

sel

huile d’olive


 

Pâte pour les aumonières :

200g de farine de petit épeautre

5 cs d’huile d’olive aromatisée au romarin et à l’ail

5 pincée de sel aux herbes

eau

1 oeuf pour dorer


Commencer par préparer la pâte qui a besoin de reposer.

Pour ce faire mélanger dans un saladier la farine, l’huile et le sel.

Quand le mélange s’amalgame bien, ajouter de l’eau petit à petit, en malaxant bien la pâte entre chaque cuillère à soupe d’eau.

La pâte devient alors souple, la laisser reposer.

Dans une large sauteuse huilée, faire cuire à feu moyen les tranches de gigot jusqu’à ce qu’elles soient rosées. Réserver et les découper en dés (retirer les os et garder la moelle).

Les remplacer par les épinards, saler et couvrir pour les faire tomber.

Dans le bol d’un robot, mettre les dés de viande, les épinards, le curry et le chèvre frais. Mixer brièvement de façon à ce que la farce soit mélangée mais conserve de petits morceaux. Rectififer l’assaisonnement.

Couper alors la pâte en 8 morceaux de taille égale, les étaler, sur un plan de travail fariné, en disques de 10-12 cm de diamètre.

Poser 1 cuillère à soupe de farce au centre de chaque aumonière, les refermer en appuyant sur les bords.

Dorer chaque aumonière avec l’oeuf battu et enfourner pour 25 minutes de cuisson à 170°C.

Servir avec une belle salade de jeunes pousses et de graines germées.


Sur une idée de Laurence Salomon

Amuses bouche printaniers : des veloutés de légumes nouveaux

  

  

Me voilà de retour avec les recettes du dossier de Pâques que j’ai eu le plaisir de réaliser pour le magazine Ôdélices !

Ces soupes peuvent être préparées la veille ou l’avant veille pour pouvoir gagner du temps le jour j.

Les quantités données sont importantes et vous aurez de quoi dîner également !

La préférée des mes filles a été la blanche, celle aux navets..contre toute attente…

  

 

Velouté vert tendre

  

500g de petits pois et haricots verts écossés

les fanes lavées d’une botte de radis

1 oignon blanc émincé

500g de bouillon de légumes

huile d’olive

sel

pour servir, de la crème fraîche ou de la crème de coco

 

Faire revenir l’oignon dans un peu d’huile. Saler.

Ajouter les légumes et les fanes, puis le bouillon.

Couvrir et cuire à feu moyen pendant 20 minutes.

Mixer finement (afin de faire disparaître les peaux des petits pois).

Ajouter de la crème selon votre goût.

 

  

Velouté orange clair

 

 

500g de carottes lavées et parées *

2 pommes de terre épluchées

1 oignon violet émincé

sel

huile d’olive

1 cs de poudre de bouillon à base de curcuma (en magasin bio uniquement)

eau

 

 

Faire revenir l’oignon dans un peu d’huile. Saler.

Ajouter les légumes coupés en morceaux, le bouillon et de l’eau. L’eau arrivera 1 cm en dessous du niveau des légumes.

Couvrir et cuire à feu moyen pendant 20 minutes.

Mixer finement et rectifier l’assaisonnement.

Dans ce velouté, je ne trouve qu’il soit nécessaire de rajouter de la crème.


* puisque les carottes sont bio, il n’est pas nécessaire de les éplucher, les laver et les frotter fortement avec une éponge propre est suffisant. Couper les extrémités et c’est prêt !

 

 

Velouté blanc nacré

 

400g de navets lavés et épluchés

400g de pommes de terre épluchées

1 oignon blond émincé

sel aux herbes

huile d’olive

eau

de la crème fraîche ou de la crème de coco 

 

Faire revenir l’oignon dans un peu d’huile. Saler.

Ajouter les légumes coupés en morceaux, de l’eau (qui arrivera 1 cm en dessous du niveau des légumes) et saler avec ce sel d’herbes qui parfumera le velouté.

Couvrir et cuire à feu moyen pendant 20 minutes.

Mixer et rectifier l’assaisonnement.

Soyez généreux avec la crème pour ce velouté, il deviendra une gourmandise pour petits et grands qui seront étonnés de découvrir qu’ils aiment le navet !

 


 







La phrase du jour :

  

“Comment vivre sans inconnu devant soi ?”

René Char

Début avril sur la Côte, et Pâques !

En ce début du mois d’Avril particulièrement frisquet et capricieux, il y a sur Fréjus, une très belle foire : la Fête des Plantes.

J’aime bcp y aller et les filles aussi.

Cette année, je suis allée y faire un tour seule le vendredi après-m’ (où j’ai rencontré mon amie Renée, mais oui, Renée, qui avait préparé le fameux soufflé campagnard aux poireaux et tofu et le cake moelleux à la noix de coco !), puis Marina, notre prof’ de gym chinoise.

J’ai acheté quelques aromatiques (car c’est à peu près la seule chose que je réussisse correctement au jardin !), et j’ai décidé d’y emmener les filles à la sortie de l’école pour qu’elles s’y balladent et y goûtent d’une crêpe et d’une barbe à papa !

Bingo, nous avons proposé à Anne et à ses poulettes d’y aller avec nous, et voilà de quoi fêter dignement le début des vacances de Pâques !

Rentrées bien après l’heure du bain, nous nous sommes apercues que nous avions bien fait d’y aller le premier jour car les autres journées ont été maussades…pour ne pas dire mouillées !

Les ravissants objets en métal sont de chez Arrosoir et Persil ! Et cela fait bien trois ans que certains d’entre eux habitent mon jardin.

Les cloches sont passées…un peu le dimanche, sous la pluie (et donc, elles sont passées dans le salon, sacrées cloches, va !), et un peu plus le lundi, puisque Juju, Christel, Baga, Ninou et nous étions sur le pied de guerre pour fêter Pâques et le soleil revenu.

Juju a taillé les haies, arrangé le jardin (c’est un peu son boulot en même temps !) et Ninou a fait le manoeuvre…jusqu’à ce que son dos lui rappelle qu’il faut savoir s’arrêter …

Tout le monde s’est donc arrêté, l’Homme est enfin revenu du boulot et l’apéro !

Les filles ont cherché leurs chocolats dans le jardin…et Anaé a débuté une gastro du tonnerre !

Charbon, homéopathie, phytothérapie, …bref, tout y est passé. On ne peut pas dire qu’elle ait eu un très joyeux moment.

La laissant à son triste sort (parents, grand-parents et parrain indignes !!), nous nous sommes jetés sur les légumes crus, sauces vertes diverses et variées, graines épicées, tartare de veau au oeufs de capelan, pointes d’asperges et pétoncles à l’infusion de safran et d’orange, etc, … le tout arrosé d’un vin blanc du Domaine de Curebéasse bien frais.

Baga avait apporté sa terrine de St Jacques et une daube de sanglier mais au vin blanc cette fois, un régal !

Et j’avais préparé des desserts à base de fruits rouges (des recettes pour les prochains bouquins que je prépare) pour ne pas trop alourdir le repas.

Nous nous sommes tous jetés sur les chocolats de Pâques des enfants (j’vous l’avais dit que nous étions indignes !), d’autant plus qu’ils venaient de chez Jeff de Bruges et qu’ils étaient plutôt très bons !

La phrase du jour :

“Le silence est pour les oreilles ce que la nuit est pour les yeux.”

Pascal Quignard

quand le spécial chocolat devient un spécial fruit, mais tout de même avec un macaron au chocolat !

Ce dimanche, pour fêter Pâques, nous étions entre amis et famille.

Pour satisfaire notre gourmandise, diverses petites choses :

Baja Rolls (je les avais fait avec du St Moret cette fois et de la menthe, mais c’était meilleur fait avec du chèvre frais et de la coriandre comme ici)

Concombre au crabe comme un maki (clic)

Des noix variées épicées et au romarin (par là)

Des biscotti salés (comme ici mais en salé, tu vois Fred, fallais pas me chercher avec ton commentaire !!)

Un caviar d’artichaut aux olives vertes et Vin Santo (recette à venir)

Une petite verrine de fromage de chèvre, herbes variées, tomates et saumon fumé (recette à venir)

Puis diverses ptes choses : tomates cerises, radis, …

En entrée un merveilleux sabayon d’asperges vertes, morilles et St Jacques (une recette des frères Pourcel, mais j’y reviendrai).

Puis un gigot couché sur menthe et coriandre ( nb pour moi : cuisson 1h30 pour 3kg de viande, j’y ai rajouté des têtes d’ail frais juste coupées en deux, des cébettes, un régal !, en mettre plus la prochaine fois…).

Et enfin, cette petite assiette de fruits rouges, légère et fruitée et fleurie :

des tartelettes à la fraise et à la violette, d’autres framboise-rose (comme ici), puis,

une verrine de gelée de framboise et raisin surmontée de fruits rouges,

un coulis de fraise et d’eau de fleur d’oranger (qui donne aux fraises même les plus banales un goût de fraise des bois, essayez, vous serez surpris),

et enfin une fraise tagada fondue dans un peu de vodka (just for fun) !

Pour la verrine de gelée de framboises et raisins, …

pour 15 personnes env’,

1/2l de jus de framboise

1/2 l de jus mélangé raisin, framboise (rayon frais)

2cc d’agar agar

(sucre ? à voir, faut goûter une fois le mélange fait)

Verser le tout dans une casserole, fouetter, porter à ébullition pdt 30 sec au moins en fouettant.

Laisser tiédir, verser dans des verres et conserver au frais.

Avant de servir, y ajouter une bonne couche de fruits rouges frais (ou congelés) : framboises, mûres, fraises, …

Et pour ce qui concerne le coulis,

il faut juste mixer les fraises lavées et équeutées avec un peu de sucre (au goût de chacun) et ajouter de l’eau de fleur d’oranger (de la vraie, j’insiste, pas de l’arôme, car il est odieux à côté de la vraie saveur), et donc, je rajoute un bouchon d’eau de fleur d’oranger à la fois, je goûte, et j’ajuste, le parfum de la fleur d’oranger ne doit pas prendre le pas sur les fraises, mais à un moment, les fraises prendront ce goût de fraise des bois…là, vous y êtes, c’est parfait !

Et pour la fraise tagada, je l’ai juste mise à tremper dans de la vodka qqs jours auparavant, elle se fond en 3-4 jours…ce n’est pas particulièrement bon, c’est rigolo !

Et le lendemain, après un aioli du tonnerre apporté par Chaton et Ninou, nous avons eu une assiette un peu plus orangée…

Avec le fameux cheesecake à l’orange cette fois (très très bon aussi, à l’orange !),

un ananas parfaitement mûr et juste tranché,

un autre pt verre de vodka avec cette fois un pt bonbon à l’orange de chez Haribo, Fruikipik (et c’était bien meilleur qu’avec la fraise tagada de la veille !), et puis…

Noooon, vous ne rêvez pas !! un macaron au chocolat !

Mais pour éviter tout stress inutile avec tout ce que j’avais à préparer pour ces 2 jours (sans compter que les filles étaient malades et que les nuits ont été très très très…TRES perturbées !), bref, j’ai repris cette recette là qui est en fait un amaretti fourré à la ganache, du coup, je ne me suis pas sentie obligée de le faire lisse, bien rond, pas fendu, collerette, … et du coup, je l’ai quand même un peu macaronnisé (oui, je sais, je suis très contrariante comme fille !).

J’ai donc mixé les poudres d’amande et le sucre, puis j’ai fait la recette comme donnée.

Et j’ai poché la crème en tout pts macarons (je les préfère de la taille d’une bouchée), j’ai laissé croûter, j’ai enfourné (mais là, je ne sais plus combien de temps…) à 140°C je crois, et là, j’ai bien vu la collerette se dessiner, …puis, j’ai bien vu que certains se ridaient, et là, je me suis dit :

m’en fous, de t’ façon, c’était même pas des macarons, alors pour des amaretti, ils sont super réussis !

Ah pas mal hein, le tour de passe passe psychologique !!

La phrase du jour :

“Le bonheur a les bras ouverts et les yeux fermés.”

Proverbe allemand

Qui suis je?
Catégories
Newsletter
Mes livres
Nuages de tags
Archives